Bien choisir les Blu-ray inscriptibles avec son logiciel de gravure

Malgré l’essor du stockage en ligne, l’archivage de données sur des supports physiques n’a pas disparu. Les logiciels de gravure comme ceux disponibles ici continuent à enrichir leurs fonctionnalités et les disques sont toujours présents sur le marché. Mais attention, tous n’offrent pas les mêmes performances ni la même longévité.

 

Une étude sur la fiabilité des Blu-ray enregistrables

 

Bien qu’ils ne soient pas aussi fiables que d’autres solutions, les supports optiques enregistrables ont leurs adeptes pour le stockage de données. C’est le cas de la direction générale des patrimoines, rattachée au ministère de la Culture et de la Communication qui, avant d’opter pour le BD-R, elle a demandé au laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) d’effectuer une comparaison des modèles disponibles.

 

6 types de BD-R ont été gravés avec 6 différents appareils en variant les vitesses d’écriture afin d’obtenir 100 disques. Ils ont ensuite été soumis à un processus de vieillissement accéléré à une température de 80 °C et un taux d’humidité de 80 % en étuve et à la lumière. Et le bilan est alarmant.

 

Différences notables entre les disques HTL et LTH

 

Les disques Low to High (LTH) sont particulièrement déconseillés puisque dès le premier passage de 250 heures en étuve, ils n’étaient plus lisibles, alors que les disques High to Low (HTL) résistent entre 500 heures et plus de 2000 heures.

 

L’explication réside dans la composition de la couche sur laquelle reposent les disques. Celle des HTL est en alliages métalliques, limitant la réflexivité du laser et offrant des performances supérieures. Celle des LTH est organique et rend le laser plus réfléchissant, contrepartie de coûts de production moindres.

 

En revanche, le test du vieillissement à la lumière n’affecte que peu les deux types de disques, voire pas du tout pour les deux meilleurs modèles de disques HTL.

 

Des disques à la longévité exceptionnelle sur le marché

 

Pour les consommateurs exigeants, la firme Millenniata va bientôt lancer un Blu-ray de 25 Go d’une durée de vie théorique de 1.000 ans idéale pour les données sensibles à conserver sur le long terme. Ce support rejoint le M-Disc, un DVD de 4,7 Go qui durerait également un millénaire.

 

Avec sa couche de substrat brevetée, il ne redouterait pas la chaleur, l’humidité et la lumière, les principaux facteurs de détérioration rapide d’un Blu-ray et serait gravable et lisible avec un graveur standard. Des caractéristiques qui lui promettent le succès commercial si le prix reste raisonnable comme celui des DVD de Millenniata.